La Russie se dotera d’une nouvelle Stratégie de sécurité nationale en 2020.

Le Conseil de sécurité de Russie a commencé l’élaboration d’une nouvelle Stratégie de sécurité nationale. Cela a été rapporté par Novaïa Gazeta. La nouvelle Stratégie devrait voir le jour en 2020, vu que la version en vigueur nécessite des ajustements, étant donné qu’elle a été signé par le président russe il y a cinq ans, le 31 décembre 2015.

D’après le Conseil de sécurité russe, dans la nouvelle version du document il faut clarifier certaines dispositions « en tenant compte de la situation internationale actuelle et de la situation dans le pays ».

Nous pouvons supposer qu’il s’agit ici de la dégradation du climat sécuritaire un peu partout dans le monde ainsi que de l’évolution de la façon de mener la guerre / confrontation, ainsi que le poids de plus en plus élevé des technologies de l’information et de la communication.

Par conséquent, les défis de la sécurité informationnelle constitueront un sujet indépendant dans la nouvelle rédaction de la Stratégie de la sécurité nationale russe.

Il faut se rappeler, que la version en vigueur mentionne à plusieurs reprises l’aspect « informationnel », notamment dans son chapitre II, paragraphe 12 en tant que menace venant « des États-Unis et leurs alliés » :

[…] Leur politique d’endiguement de la Russie prévoit une pression politique, économique, militaire et informationnelle.

Une autre référence au caractère changeant de la situation dans le monde et la composante informationnelle qui prend de plus en plus d’ampleur peut être trouvée dans le chapitre II, paragraphe 21 :

Le caractère de la situation dans le monde devient de plus en plus caractérisé par la confrontation croissante dans l’espace informationnel mondial, causée par le désir de certains pays d’utiliser des technologies informationnelles et de la communication afin d’atteindre leurs objectifs géopolitiques, notamment à travers la manipulation de la conscience publique et la falsification de l’histoire.

Ce document nous indiquait déjà les axes principaux où la Russie sera impliquée de façon significative. Alors que l’extension, voire la consécration d’une partie séparée à la sécurité informationnelle s’inscrit dans la continuité des efforts russes dans le domaine informationnel.

Il est encore trop tôt pour imaginer concrètement le contenu exact de la Stratégie, cependant nous pouvons supposer qu’elle évoquera beaucoup plus précisément les opérations informationnelles ainsi que la sécurité de l’infrastructure numérique, notamment dans le cadre du soit-disant « Internet souverain ».

Elle pourrait également nous surprendre par les paragraphes incitant les pays-membres de l’OTSC à une coopération étroite au niveau informationnel, surtout dans le cadre de la « politique historique » commune russe.