La classification russe des conflits armés et la guerre de l’information.

En travaillant sur mon doctorat je suis tombé sur une infographie assez bien faite, je dirais, nous exposant le point de vue russe sur la guerre et les conflits armés. Le schéma est intitulé « Les bases de la classification nationale des conflits modernes ». Elle apparaît dans l’article de O. Gorshechnikov, A. Malyshev et Yu. Pivovarov intitulé « Les problèmes de la typologie des guerres modernes et des conflits armés » paru dans le bulletin de l’Académie des sciences militaires sous N° 1 (58) 2017.*

Les questions de la guerre de l’information sont bien visibles dans les doctrines russes avec des paragraphes qui y sont consacrés, mais il est très confortable d’avoir cette infographie afin de mieux percevoir la vision sur la guerre et les conflits armés de la Russie (les auteurs de l’article).

Je vous laisse jeter un coup d’œil sur le schèma et si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter. Mais je voudrais souligner quelques éléments que je trouve particulièrement important dans le cadre de ce blog avec un focus sur la guerre de l’information.

La classification russe des conflits armés

Donc, le schéma nous indique que sous « le lieu de déroulement » (domaine) se trouvent les conflits informationnels avec ceux qui se déroulent dans l’air et l’espace, sur terre et sur la mer. Autrement dit, les conflits peuvent aussi se dérouler uniquement dans l’espace informationnel.

Une autre chose importante, contrairement à l’approche occidentale (on se rappelle qu’en 2016 au cours du sommet à Varsovie l’OTAN a inclus le cyber dans le domaine d’opérations), en Russie figure « l’information ». En effet, le cyber n’est qu’un outil de la guerre de l’information et tombe bien sous le volet « informationnel » ou bien l’espace informationnel pour la vision russe.

Puis, nous pouvons lire que d’après le principe de l’utilisation des forces, on peut distinguer les opérations suivantes : les opérations classiques, asymétriques, opérations network centric (connu en français comme guerre en réseau), et les opérations hybrides.

Il faut noter, que dans l’approche russe, la guerre de l’information peut avoir lieu dans toutes les opérations mentionnées ci-dessus mais les deux dernières (network centric et hybride), à mon avis, font partie de celles où elle est le plus utilisée.

Et, enfin, un autre volet dans le schéma nous indique que les guerres et conflits armés sont classifiés d’après les « ressources engagées (déployées) ». Nous y trouvons les armes nucléaires, les armes de destruction massive, les armes conventionnelles, les armes basées sur les nouveaux principes physiques, et les moyens psychologiques-informationnels (informationnels et psychologiques). Bien évidement, la guerre de l’information engage les composants de la guerre psychologique et l’impact sur l’opinion public à travers les opérations informationnelles.


*Référence en russe » О.М. Горшечников, А.И. Малышев, Ю.Ф. Пивоваров, « Проблемы типологии современных войн и вооруженных конфликтов », Вестник Академии военных наук, 1(58)2017, с. 48-54